réorganisations mises en oeuvre dans le GHT pour répondre à l'épidémie

Image
coronavirus

17 avril 2020

Le GHT est entièrement mobilisé pour faire face à l'épisode épidémique du COVID-19.

Dans le GHT, la situation, anticipée depuis fin février 2020, est sous contrôle et les hôpitaux se sont préparés à tout type de scenarii. Les institutions se sont fortement organisées grâce à une solidarité absolument générale pour mettre en place des unités et filières dédiées à l’accueil de patients suspects ou confirmés.

Au sein du GHT, le CHICAS (Gap-Sisteron) et le CHEB (Briançon) sont des établissements de 2e ligne. Le CH d’Embrun, le CH Buech Durance (Laragne), le CH d’Aiguilles en Queyras  et le CH de Barcelonnette sont des établissements de 3e ligne.

 D’abord activés en niveau 2 par l’ARS, le CHICAS et le CHEB ont rapidement mis en place des organisations :

. Le SAMU 05 a créé une salle de régulation spécifique pendant 15 jours : dédiée à la régulation des appels COVID, grâce à un renfort infirmiers (sollicitation des élèves de l’IFSI) et l’aide des médecins libéraux (MCS). Près de 400 appels/jour ont été reçus au Centre 15 mi-mars, dont la majorité concernait le coronavirus.

. Des unités d’hospitalisation dédiée COVID ont été créées ainsi qu’un dispositif ambulatoire pour prendre en charge les cas suspects et positifs.

. Chaque SAU de chaque établissement  a mis en place une filière COVID dédiée.

 Ensuite, en niveau 3 depuis le samedi 14 mars, l’ensemble des établissements du GHT  a déclenché le plan blanc à la demande de l’ARS. En conséquence, les activités médicales et chirurgicales non urgentes ainsi que les consultations sont déprogrammées. Seules sont maintenues les activités à réaliser afin d’éviter une perte de chance pour les patients non infectés.

 En parallèle, et conformément aux indications nationales, le nombre de lits de réanimation su le territoire a été étendu, puisqu’il compte aujourd’hui 33 lits (25 au CHICAS, 8 au CHEB) dont 24 dédiés COVID. En outre, la disponibilité de lits d’hospitalisation spécifiques dans des secteurs COVID+ n’a cessé d’augmenter grâce à une réorganisation sans précédent pour atteindre 130 lits d’hospitalisation COVID sur les différents sites du GHT.

Une attention particulière portée aux personnels hospitaliers 

En outre, la direction souhaite rendre hommage au personnel des hôpitaux du GHT. En effet, chaque professionnel est particulièrement impliqué depuis le début de cette crise sanitaire sans précédent et, malgré la fatigue inévitable, fait face aux nécessités de manière exemplaire. C’est vrai pour tout le personnel : les médecins et soignants naturellement, mais aussi les techniques, les logistiques, les informaticiens, les administratifs et l’ensemble des métiers de l’hôpital. C’est grâce à l’investissement complémentaire de chacun que l’établissement peut, chaque jour, assurer ses missions auprès des patients.


Le GHT doit également s’adapter aux mesures nationales de confinement pour assurer ses missions. La direction a remis, par le biais de l’encadrement, un laisser-passer permettant de circuler, à l’ensemble du personnel hospitalier. En quelques jours, près de 200 agents ont été placés en télétravail et la télémédecine se développe à grande vitesse. L’innovation est à pied d’œuvre. 
Des ajustements parfois difficiles ont dû être actés, la décision de limitation puis de suspension totale des visites étant très lourde à prendre avec un impact humain que l’on sait considérable.

Par ailleurs, les hôpitaux se sont mis en capacité de prendre en charge les patients atteints ou suspectés d’être atteints par le coronavirus, en toute sécurité, avec tous les équipements nécessaires. Nous avons effectivement des masques disponibles grâce à l’action de l’ARS. L’établissement se doit d’apporter la protection maximale à l’ensemble des professionnels dans le cadre de leur exercice. Pour autant, nous veillons à ce que l’utilisation des matériels de protection respecte les règles définies par les autorités sanitaires, dans l’intérêt de tous.               


Le soutien au personnel est notre priorité, une cellule d’écoute active est mise en service et des dispositifs de garde d’enfant sont mis en place conformément aux recommandations nationales, avec l’aide d’autres administrations (Education Nationale, collectivités territoriales, etc.).